Et si on développait ?

Capital investissement & transmission familiale - Tariquet

Regards croisés de Remy Grassa, Directeur Général du Domaine Viticole du Tariquet et David Dickel, Directeur de participation chez CM-CIC Investissement.


Afficher les dialogues de la vidéo ?

Capital investissement et transmission familiale

Et si on développait ? Capital Investissement & Transmission familiale.

Rémy Grassa, directeur général du domaine viticole du Tariquet.

David Dickel, directeur de participations chez CM-CIC Investissement depuis 2008 au capital de Tariquet.

Situé au cœur du Gers, le Domaine du Tariquet a longtemps été réputé pour ses bas-armagnacs. L’histoire de la propriété prend un nouveau tournant quand Maïté et Yves Grassa, la 4ème génération d’exploitants, créent un vin blanc au Pays de l’Armagnac : un côte de Gascogne, élu vin blanc de l’année en 1987 à Londres.

Le Domaine du Tariquet commercialise chaque année plus de 9 millions de bouteilles de vin et 120 000 flacons de bas-armagnac dans plus de 50 pays. Depuis 2007, les fils d’Yves Grassa, Armin et Rémy, accompagnés par leur tante Maïté, président à la destinée de l’entreprise, qui emploie 80 salariés, 70 saisonniers et réalise un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros.

Question 1 : Quand la question de la transmission s’est-elle posée ?

Rémy Grassa  : Alors dans la famille, nous avons un dicton : « le jeune chêne pousse difficilement à l’ombre du vieux chêne ». Donc nous réalisons une transmission générationnelle lorsque nous sommes jeunes. Lorsque nous avions donc 30 ans à l’époque. Et, à cette transmission s’est rajouté un facteur supplémentaire, c’était qu’il fallait qu’elle se réalise rapidement.

Question 2 : Et pourquoi le choix du Capital Investissement  ?

Rémy Grassa : Alors, au départ quand la problématique de la transmission s’est posée, deux solutions s’offraient à nous :

  • Soit, effectivement par une dette senior pour assurer nous-mêmes à 100% la transmission, celle-ci faisait appel à beaucoup de dividendes et limitait notre projet d’entreprise, avec un plan d’investissement ambitieux
  • Soit, effectivement de faire entrer un investisseur au capital de l’entreprise et de pouvoir vraiment pleinement poursuivre notre plan d’investissement. Et la rencontre avec CM-CIC Investissement nous a rassurés sur cette démarche et une rencontre avant tout humaine.

David Dickel : Alors, quand on a fait connaissance, on a vite vu que la transmission était préparée, il y avait quand même une notion patrimoniale, tout avait été étudié avec un démembrement. Et on a été confronté à un délai très court pour investir. Mais on a, dans ce délai, pris conscience de beaucoup d’atouts et beaucoup de perspectives de développement. Derrière la transmission, il y a aussi la capacité à développer l’entreprise. Et ça, ce sont à la fois des facteurs financiers, des facteurs humains, et ces facteurs humains ont guidé notre raisonnement.

Question 3 : Que vous a apporté ce partenariat ?

David Dickel : Alors d’abord, on a appris à regarder le ciel, à partager un petit peu de votre angoisse puisque votre activité dépend étroitement de la météo. Et puis, on a découvert un secteur viticole qui était pour nous nouveau, avec ses contraintes, ses facteurs, pleins de succès, et on a surtout réussi à accompagner cette transmission dans des conditions très satisfaisantes en ayant décelé vos qualités et ça, c’est un point fort.

Rémy Grassa : Votre partenariat nous a apporté énormément d’ouvertures sur le monde de l’entreprise qu’on a pu partager avec vous via votre expérience dans différents univers que le nôtre, et votre expérience et vos méthodes que vous avez découvertes ailleurs et également appliquées chez nous, nous ont fait progresser énormément et souvent en tant que dirigeant, on se retrouve isolé avec ses propres problématiques et ça, c’est un vrai plus.

Question 4 : Comment voyez-vous l’avenir ?

Rémy Grassa : Alors l’avenir du Tariquet c’est poursuivre l’aventure et l’aventure est familiale avant tout. Donc l’avenir c’est continuer à être épaulé par notre partenaire pour les transmissions futures, continuer le plan d’investissement, continuer à progresser dans notre structuration foncière et également dans la conquête des marchés exports.

David Dickel : Alors, on est très fiers d’avoir contribué à une page de l’histoire du groupe Tariquet. On sait qu’il reste encore du chemin et on sera très contents de le parcourir avec vous. Il y a des projets, tant qu’il y a des projets, on reste partenaire. Ces projets, on les accompagnera. Ça passera par de l’acquisition de foncier et par la création de nouveaux produits. C’est l’image de Tariquet : c’est l’innovation, c’est la création permanente, et il y a beaucoup de choses à faire et à espérer.

Question 5 : Avez-vous une question l’un pour l’autre ?

David Dickel : Alors Rémy, quelles sont les qualités que vous demanderiez à un investisseur financier pour nous remplacer, le moment venu ?

Rémy Grassa : Les qualités que l’on demanderait à un investisseur c’est qu’il connaisse, lui également bien, notre univers vitivinicole avec ses contraintes, de la patience, ..., de la patience et de l’accompagnement de projets à minima moyen terme.

Quel a été le facteur principal, puisqu’on était dans l’urgence, qui a déclenché votre décision de devenir partenaire avec Tariquet ?

David Dickel : Derrière les chiffres qui étaient bons, derrière le potentiel qu’on a deviné, il y avait les hommes. Et on s’est dit que la transmission était vertueuse, grâce à vos qualités, Armin, Rémy et grâce à la présence de Maïté, votre tante, qui a constitué le fil conducteur de cette transmission.

© - septembre 2016 - Réalisation vidéo : The Links