Et si on développait ?

Croissance éthique - Léa Nature

Regards croisés de Charles Kloboukoff, Président fondateur du groupe familial Léa Nature spécialisé dans les produits naturels et biologiques, et de Fabienne Mazières, Directeur chez CM-CIC Investissement depuis 2012 au capital du groupe Léa Nature.


Afficher les dialogues de la vidéo ?

Croissance éthique

Et si on développait ? Croissance éthique - Léa Nature

Charles Kloboukoff, Président fondateur du groupe familial Léa Nature spécialisé dans les produits naturels et biologiques.

Fabienne Mazières, Directeur chez CM-CIC Investissement depuis 2012 au capital du groupe Léa Nature.

En 1993 Charles Kloboukoff crée Léa Nature et s’installe à la Rochelle dès 1996. Son ambition ? Faire grandir la cause de la nature et de la santé en démocratisant les produits naturels et bio. 20 ans plus tard, le groupe emploie plus de 800 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 154 millions d’euros avec plus de 1000 références déclinées dans les domaines de l’alimentation, des cosmétiques des compléments alimentaires de la diététique et des produits d’entretien.

Signataire de la charte des entreprises bio-durables, Léa Nature est aujourd’hui l’un des rares groupes à avoir son siège social labellisé Ecocert 26000 et le premier à être labellisé engagement climat en France. Depuis 2007, l’entreprise a également versé 4 millions et demi d’euros à plus de 500 projets environnementaux grâce à l’adhésion de ses marques bio au club 1% pour la planète.

Question 1 : Une croissance éthique qu’est-ce-que c’est ?

Charles Kloboukoff : Gérer une croissance éthique, pour moi c’est prendre en compte l’impact de nos activités sur la nature et la biodiversité et nous avons choisi de nous consacrer aux produits bio à 90 pour cent. C’est ensuite asseoir une vraie contribution sociétale, nous soutenons plus de 300 associations locales et produisons également localement sur 10 sites de production en France. Et enfin c’est partager les fruits de la croissance avec les salariés et leur permettre d’accéder au capital.

Fabienne Mazières : CM-CIC ne fait pas de la finance sur la planète Mars. CM-CIC fait de la finance sur terre, la démarche RSE est une démarche qui fait partie aujourd’hui de nos critères de sélection de nos participations et d’ailleurs ce n’est absolument pas incompatible avec la création de valeur et une croissance dynamique et vous en êtes bien une parfaite illustration.

Question 2 : Quel est l’impact de cette philosophie sur les investissements ?

Fabienne Mazières : Alors nous investissons sur nos fonds propres et nous investissons sur des périodes long-terme et nous ne cherchons pas des fenêtres de sortie trop rapides et nous ne cherchons pas un rendement intermédiaire impératif même si finalement les dividendes sont au rendez-vous.

Charles Kloboukoff : Nous privilégions comme vous les investissements de long terme dans le domaine industriel, dans l’éco-conception de nos bâtiments ou dans la production d’énergie renouvelable pour nos besoins énergétiques. Nous avons le souci de développer nos activités en faveur de la santé humaine et enfin nous soutenons coûte que coûte l’ensemble de nos sites de production même s’ils ne sont pas rentables sur le court terme pour préserver les emplois en région.

Question 3 : Quelles sont vos prochaines étapes de développement  ?

Charles Kloboukoff : Eh bien les prochaines étapes de notre développement, c’est de passer de 250 à 500 millions dans les cinq ans, de passer de 10 à 15 sites de production et enfin un projet qui me tient particulièrement à cœur c’est de développer à côté du siège social à La Rochelle un biopôle, un lieu de rencontre , de pédagogie, de promotion de l’agriculture bio où on pourra effectivement ouvrir un restaurant bio inter-entreprise, avoir un institut de beauté, des salles de réunion, des conférences, et accueillir tous types de public.

Fabienne Mazières : Nous avons une vision très optimiste sur l’avenir du groupe Léa Nature. En fait le phénomène bio n’est pas un effet de mode nous avons une responsabilité sociétale pour vous accompagner et nous pensons que votre groupe aura un brillant avenir.

Charles Kloboukoff : Merci de votre confiance.

Question 4 : Vous avez une question l’un pour l’autre ?

Fabienne Mazières : Comment avez-vous eu l’idée avant tout le monde de créer cette activité dans le bio ?

Charles Kloboukoff : J’ai eu la chance de grandir dans une famille qui est très sensible aux médecines douces et aux bienfaits de la nature sur la santé humaine. Et c’est venu naturellement des produits naturels aux produits bio garantis sans pesticide sans produit chimique et outre ça, la vision qui m’anime maintenant c’est de faire de l'entreprise un rouage positif de la société et pas simplement un outil économique. Et à mon tour Fabienne je voudrais vous poser une question. Notre partenariat nous lie évidemment pour des considérations financières mais qu’attendez- vous d’autre de votre prise de participation chez nous ?

Fabienne Mazières : Pas que financière. Nous apprécions chez vous une démarche qui est une démarche de responsabilité. Nous sommes nous-mêmes très attachés à l’avenir des générations futures et nous sommes ravis de vous accompagner dans cet engagement sociétal.

© - mars 2016 - Réalisation vidéo : The Links