Et si on développait ?

Innovation de rupture - Nanobiotix

Regards croisés de Laurent Lévy, Président du directoire et co-fondateur de Nanobiotix, biotech spécialisée dans la nanomédecine et de Karine Lignel, Directeur général adjoint chez CM-CIC Innovation depuis 2010 au capital de Nanobiotix.


Afficher les dialogues de la vidéo ?

Innovation de rupture - Nanobiotix

Question 1 : Quand parle-t-on d’innovation de rupture ?

Laurent Lévy : Une innovation de rupture c’est une innovation qui va pour moi fondamentalement changer la donne, changer la donne pour des patients ou changer la donne dans un marché ou dans une industrie. C’est généralement quelque chose qui ne vient jamais des industriels en place mais toujours d’une science différente et souvent de petites entreprises.

Karine Lignel : Une innovation de rupture est forcément plus difficile à évoluer pour un investisseur qui n’est à priori pas scientifique donc on va essayer de se baser sur des expertises extérieures et voir de quelle manière aussi le management sera capable d’accompagner cette innovation pendant tout le temps qu’il faudra à développer ; puisque c’est une innovation de rupture, il n’y a pas d’équivalent sur le marché donc il faut essayer également de voir quel marché sera adressé par cette innovation de rupture.

Question 2 : L’innovation de rupture implique-t-elle une relation particulière avec les investisseurs ?

Laurent Lévy : Une société prend quand même plusieurs années à développer, peut-être même une dizaine d’années, voir plus dans le cadre du secteur de la santé parce que les innovations que l’on développe prennent énormément de temps. Evidemment on a des investisseurs qui vont arriver au tout début de l’aventure et qui vont après évoluer, d’autres qui vont arriver et d’autres qui vont sortir, donc c’est vraiment une relation importante à gérer et à anticiper. Pour moi « le maitre mot » c’est l’anticipation et la confiance qu’on peut établir entre les investisseurs et le management pour pouvoir gérer les entrées et les sorties qui correspondent à différentes étapes de la société.

Karine Lignel : Donc une innovation de rupture, le temps du développement est extrêmement long donc c’est important de pouvoir se baser sur des investisseurs de long terme et des besoins en financement peuvent être important, cela va appliquer un certain nombre d’investisseurs jusqu’à une introduction en bourse comme c’est le cas pour Nanobiotix puisqu’on va se retrouver face à des besoins capitaux qui seront plus facile à trouver sur le marché public.

Question 3 : Quelles sont les prochaines étapes ?

Laurent Lévy : Après plus de 10 ans de recherches, maintenant on est vraiment dans la dernière ligne droite du développement de la société. On vient de démarrer notre dernière phase clinique qui devrait voir à la fin de l’année prochaine l’enregistrement du produit et sa mise sur le marché donc c’est encore une étape à passer.

Karine Lignel : En effet, il y a un certain nombre d’étapes qui ont été passées avec lesquelles nous avons pu voir la capacité de développement du produit jusqu’au marché et aujourd’hui la mise sur le marché se rapproche, ce qui est une étape fondamentale pour le premier produit. Il ne faut pas oublier qu’il y aura d’autres produits derrière et donc, nous en tant qu’investisseurs de long terme nous sommes déjà là depuis un certain temps et nous comptons continuer à accompagner Nanobiotix sur les prochaines étapes.

Question 4 : Comment expliquez-vous la longévité de votre partenariat ?

Laurent Lévy : Je vois deux points sur cet aspect, le premier c’est qu’on a pu établir une relation de confiance dans le temps et aussi qu’on a des intérêts communs sur le long terme dans le développement de Nanobiotix, donc 10 ans ça peut paraitre beaucoup mais c’est aussi relativement court.

Karine Lignel : - On ne les a même pas vus passer ces 10 ans. Il s’est passé tellement de choses, des choses à la foi positives et à la foi négatives, difficiles et on a passé ce moment à accompagner un développement d’un produit très innovant jusqu’à un moment très important en la phase clinique, on a appris à travailler ensemble et à se faire confiance.

Question 5 : Quel est votre meilleur souvenir ensemble ?

Laurent Lévy : Il y a beaucoup de souvenirs dans ces 10 années, sans doute le plus important, le plus émouvant, c’est le moment où pour la première fois Nanobiotix a injecté un produit chez un patient.

Karine Lignel : Tout d’un coup on est arrivé à la fin d’un développement et à la réalisation de quelque chose qui au départ n’était qu’une idée et qu’on avait idée à voir se construire et arriver jusqu’à ce moment très particulier.

Laurent Lévy : Je pense que c’est clair, c’était un des moments fort dans le développement d’un produit de santé, la première fois on arrive à partir d’une idée à arriver à un produit qui va servir à un patient potentiellement après 10 ans de travail et comme c’est un moment fort pour la société de partager avec tous les actionnaires de la société et ceux qui nous soutiennent depuis le début, forcément ça fait des choses intéressantes et des moments que l’on oublie pas.

Question 6 : Vous avez une question l’un pour l’autre ?

Laurent Lévy : Qu’est ce qui fondamentalement vous a donné envie d’investir chez Nanobiotix ?

Karine Lignel : L’équipe, ses compétences, des personnalités différentes, le produit, le fait que ce soit une plateforme utilisable de différentes façons et évidemment la capacité de traiter des gens et de les aider à guérir contre le cancer.

Karine Lignel : Dans l’idéal, qu’attendriez-vous d’un investisseur ?

Laurent Lévy : Au-delà de l’argent qu’un investisseur peut amener le nécessaire au financement de l’entreprise, le plus important c’est de pouvoir ensemble déterminer le but d’une société en développement et d’arriver vraiment à une ambition commune.

© - mars 2016 - Réalisation vidéo : The Links