Actualités

MACC : l’esprit de famille vissé au corps.

En 55 ans, la MACC s’est imposée comme le spécialiste de la vente directe de petits équipements professionnels. Fils du fondateur, aujourd’hui Président du Conseil de Surveillance, Jean-François Lavrard nous explique son attachement au caractère familial de l’entreprise et les stratégies mises en œuvre pour assurer sa pérennité.

Comment a commencé cette aventure familiale ?

L’entreprise a été créée par mon père en 1946. À l’origine il s’agissait de la commercialisation des armes de chasse fabriquées par la Manufacture d’Armes de Châtellerault (MAC). En parallèle, il a développé son catalogue de vente en nouant des partenariats avec des industriels de la région et en inventant et faisant fabriquer des produits innovants comme l’Univerchelle, une échelle échafaudage articulée. Inspiré par ce succès, le concept actuel basé sur la vente directe de produits innovants aux artisans du bâtiment est né en 1960, lorsque mon père s’est associé à Michel Susset. La rencontre d’un inventeur et d’un homme de marketing. Et de deux familles.

Vous représentez donc la deuxième génération ?

Oui. J’ai rejoint la MACC après mes études et pris en charge la diversification de la société dans le bricolage. J’ai ensuite succédé à mon père à la direction en 1984 avant de devenir président du directoire en 2001, au départ de Michel Susset. J’ai pris ma retraite en 2014 et je suis aujourd’hui président du conseil de surveillance. En parallèle, Jean-Christophe, le fils de Michel Susset a lui aussi rejoint l’entreprise. Après un parcours complet dans l’entreprise (commercial, directeur des ventes, directeur général), il m’a succédé à la présidence du Directoire. Cette complémentarité générationnelle entre les deux familles nous a donc permis de préserver l’esprit MACC au fil des ans. Sous notre impulsion, l’entreprise s’est développée avec notamment la création de filiales en Europe.

Comment se compose l’actionnariat familial ?

Mon père a fait sa transmission en 1984, au moment de l’entrée en Bourse. Il a donné l’intégralité de ses actions à ses 5 enfants. À cette occasion nous avons créé une holding familiale. Aujourd’hui, le capital est détenu à 75% par notre famille, 20% par la famille Susset, et 5% par CM-CIC Investissement.

Pourquoi avoir associé un investisseur au capital ?

Pour assurer la pérennité. Quelques temps après être sortis de bourse en 2006, nous avons souhaité organiser la liquidité des titres de l’entreprise. Nous avons alors imaginé que CM-CIC Investissement puisse monter progressivement au capital au gré d’éventuels départs d’actionnaires. Ce montage permettait aux membres de la famille de réaliser leur capital sans déséquilibrer la trésorerie de l’entreprise. Nous avons commencé avec une participation de 5% pour que CM-CIC Investissement apprenne à nous connaître. 5 ans plus tard, cette participation est au même niveau, aucun membre de la famille n’ayant désiré, jusqu’à aujourd’hui, vendre ses parts. En revanche, le rôle de CM-CIC Investissement à nos côtés est devenu prépondérant dans une logique d’accompagnement à long terme. En tant qu’administrateur indépendant, ils apportent un point de vue objectif, avec du recul, en dehors des questions d’affect qu’il peut parfois y avoir au sein des familles.

La 3ème génération est-elle prête à reprendre le flambeau ?

C’est déjà le cas au niveau du conseil de surveillance puisque l’une de mes filles et l’un de mes neveux nous ont rejoints récemment. Au niveau opérationnel, Jean-Christophe Susset, qui n’a que 56 ans, est toujours aux commandes avec, à ses côtés, une équipe de Direction représentant ainsi les cœurs de métier de l’entreprise (l’innovation et la vente directe). Nous avons néanmoins commencé à réfléchir à un plan d’intégration de la troisième génération pour assurer la pérennité de la gouvernance à moyen terme.
De façon plus large, nous nous attachons à fédérer l’ensemble des actionnaires familiaux autour du projet d’entreprise à travers des réunions régulières qui ont lieu sur le site de la MACC permettant, par exemple, de présenter à tous les nouveaux produits.
Et afin de formaliser l’ensemble de cette réflexion, l’établissement d’une charte familiale pourrait être une prochaine étape.