Actualités

Le Groupe Sigma entretient son tonus

Avec le soutien de CM-CIC Investissement, le groupe informatique nantais Sigma recompose et augmente son capital. De quoi poursuivre un développement déjà couronné de belles réussites !

Depuis sa création en 1972, le Groupe Sigma (CA 62 M€ - 800 personnes sur 5 sites français) affiche une croissance sans faille, fondée sur 3 métiers complémentaires : l’édition de progiciels dédiés à la finance, aux ressources humaines et aux métiers de la supply chain, l’intégration de solutions digitales sur mesure et l’infogérance. « Ces activités contribuent à parts égales au chiffre d’affaires et font régulièrement progresser les résultats de Sigma », note Stéphane Mentzer, Directeur de Participations chez CM-CIC Investissement, en soulignant également leurs fortes synergies commerciales auprès de la clientèle de PME et ETI.

Des investissements soutenus

Pour doubler son chiffre d’affaires d’ici 5 ans, le Groupe Sigma, présidé par Philippe Oléron, mise surtout sur un développement organique, tout en restant à l’affût d’opportunités de croissance externe. Pour rester au meilleur niveau, il doit investir : 3 data centers haute disponibilité dont un data center de dernière génération... L’activité de progiciels aussi est exigeante : « Il faut régulièrement faire évoluer les produits existants et concevoir de nouvelles versions, ce qui consomme beaucoup de ressources, notamment en développement », explique Stéphane Mentzer. « Développer, tester et déployer un nouveau progiciel demande couramment 3-4 ans d’efforts. »

Mobiliser de nouvelles forces

Pour la première fois en 2016, les actionnaires du Groupe Sigma ont décidé d’ouvrir le capital à un investisseur, pour augmenter les fonds propres et avoir un partenaire de long terme avec qui échanger sur la stratégie, cibler et réaliser des acquisitions... S’appuyant sur une relation de proximité fidèlement entretenue depuis 10 ans, ils se sont tournés vers CM-CIC Investissement qui a investi 6 M€. « Sigma a une profonde connaissance de sa clientèle et de secteurs ou de niches qu’il a su défricher, comme la grande distribution, le consulaire, le logement social ou encore la santé », indique Stéphane Mentzer, en appréciant également « la récurrence de l’activité liée aux contrats annuels d’intégration et d’infogérance. »

L’ouverture du capital a également facilité l’entrée d’une nouvelle génération, en particulier les membres du Comité de Direction.