Actualités

Voluntis : un leader mondial de l’e-santé.

Au carrefour du numérique et de la medtech, Voluntis est en passe de devenir l’un des leaders mondiaux du marché des logiciels compagnons thérapeutiques : des applications mobile et web qui aident les malades et les professionnels de santé à mieux gérer un traitement en vie réelle (Diabète, Oncologie). Ses solutions sont aujourd’hui utilisées pour accompagner plus de 500 000 patients dans 10 pays. Focus sur la stratégie internationale de la start-up et son rapport aux investisseurs avec Pierre Leurent, son dirigeant et fondateur.

Créé en 2001, Voluntis connaît un développement exponentiel depuis 4 ans. Un rythme de développement classique sur votre marché ?

En comparaison avec les éditeurs de logiciels traditionnels, nos cycles de développement sont plus longs. Ils correspondent aux cycles des acteurs medtech.
Or nos solutions e-santé appartiennent aujourd’hui clairement à ce deuxième univers. Notre développement s’est justement accéléré en 2010-2011 quand différents facteurs conjoints nous ont fait relever de cette catégorie. D’une part les études cliniques ont démontré la grande efficacité de nos solutions de suivi des traitements du diabète. D’autre part sur le plan réglementaire, en transposant une directive européenne, la loi française a classé nos logiciels parmi les dispositifs médicaux, en raison des algorithmes d’aide à la décision qu’ils embarquent.
Devenant fabricants de produits de santé, nous avons fait évoluer notre organisation. Nous avons notamment fait venir de nouveaux directeurs issus de l’industrie pharmaceutique et nous nous sommes dotés d’une direction médicale.
Nous avons également adopté un modèle d’affaires très différent : plutôt que de proposer une plateforme logicielle à de multiples acteurs, nous avons décidé de nous concentrer sur une gamme de produits-phare distribués par les laboratoires pharmaceutiques en échange de royalties. Le potentiel est énorme car le remboursement des médicaments, au niveau mondial, va être de plus en plus souvent indexé sur leur efficacité en vie réelle. Et nos logiciels compagnons sont justement là pour optimiser et mesurer ces performances.

Un virage stratégique à l’origine de votre implantation aux Etats-Unis ?

Oui, car c’est à travers un partenariat avec un laboratoire (Roche Diagnostics) que nous avons décroché un premier contrat dans le domaine des traitements anticoagulants. Alors que nous n’avions pas encore de filiale, nous avons eu l’opportunité d’équiper plus de 100 000 patients. C’était une chance extraordinaire car les Etats-Unis sont le premier marché mondial en matière d’e-santé. Pour transformer l’essai, nous avons immédiatement enchaîné avec une structuration de la société aux USA. Nous avons créé une filiale sur la côte Est, près de Boston, un hub mondial pour l’e-santé actuellement. En 2014, nous avons relocalisé l’un de nos cofondateurs aux USA et en 2015 nous avons fait évoluer notre gouvernance en recrutant un nouveau Président du Conseil de Surveillance américain. Aujourd’hui, nous avons plus de 10 collaborateurs au sein de notre filiale (sur un effectif de 110 salariés), principalement dans des fonctions marketing, vente, médicales, réglementaires et support. Les enjeux sont énormes. Nous avons triplé notre chiffre d’affaires en 2 ans et en 2016, 75% de nos revenus viendront des Etats-Unis.

Quel rôle jouent les différents investisseurs dans ce développement ?

Nos investisseurs historiques, comme CM-CIC Innovation, nous apportent une vraie stabilité. Travaillant avec leurs fonds propres, ils peuvent s’inscrire dans la durée, un facteur fondamental dans le monde de la santé où les cycles de développement sont longs. Ils nous apportent leurs conseils au fil de l’eau et nous ont accompagnés pour réaliser nos différentes levées de fonds.
Aujourd’hui, nous nous attachons à trouver des partenaires financiers aux Etats-Unis, qui, au-delà de leur capacité de financement, ont une connaissance approfondie de ce marché complexe et des réseaux bien établis, ce qui nous fera gagner un temps précieux.

Vous avez pour objectif de devenir le leader mondial des logiciels compagnons thérapeutiques. Quels moyens cela implique-t-il ?

Cette ambition est une nécessité. Pour être leader mondial, nous devons être leader aux Etats-Unis, de loin le marché le plus important pour ce type de solutions. Pour y parvenir, nous avons fait le choix de l’hyperspécialisation et nous avons effectué une levée de fonds record en 2014 : 21 millions d’euros. De quoi intensifier notre développement nord-américain et catalyser le développement de nos logiciels compagnons dans plusieurs domaines thérapeutiques.